Il est désormais possible de percevoir un revenu régulier pour préparer sa retraite et se créer un patrimoine immobilier diversifié grâce à la démocratisation de la pierre-papier. Justement, investir dans des parts de SCPI (société civile de placement immobilier) est l’un des placements les plus rentables du marché. À quel taux d’intérêt faut-il acheter ou vendre ses parts de SCPI ? Le point dans cet article.

Investir dans des parts de SCPI

Souscrire des parts de SCPI à crédit : les taux d’intérêt sont toujours faibles

Depuis ces dernières années, les investisseurs se sont tournés vers les crédits immobiliers pour financer l’achat des parts (titres financiers) de SCPI. L’étude publiée par Yougov au mois de juin dernier montre que 62 % des Français ont déjà utilisé un prêt immobilier pour matérialiser leurs projets d’investissement.

Souscrire des parts de SCPI à crédit

Il s’agit donc du mode de financement préféré des Français. En clair, investir dans des parts de SCPI (société civile de placement immobilier) permet d’accéder indirectement au marché de l’immobilier d’entreprise à moindre coût.

La bonne nouvelle c’est que la plupart des établissements financiers et les banques proposent toujours des taux d’emprunt raisonnables.

Autrement dit, investir dans des SCPI à crédit laisse la possibilité d’améliorer le rendement de son placement. Par contre, les épargnants souhaitant investir dans des parts de SCPI doivent payer des frais d’acquisition, des frais de gestion ainsi que des frais de cession. Quoi qu’il en soit, le prix de souscription d’une part de SCPI est généralement faible par rapport à celui de l’immobilier locatif direct. Pour bien investir en SCPI voir sur ce site.

Comparer les meilleures offres disponibles sur le marché

Un investisseur souhaitant acheter des parts de SCPI et obtenir le meilleur taux possible doit consulter chaque offre proposée par les banques et les établissements financiers. Il est d’ailleurs possible de regarder un comparateur de crédit immobilier en ligne pour simplifier la tâche.

Tout dépend de l’horizon d’investissement de l’épargnant et de son objectif personnel. S’il s’agit d’un investissement de courte durée, un taux d’emprunt de 0,70 %, 0,90 % ou 1,16 % sur 10 ans serait l’idéal. Si le souscripteur veut investir sur le long terme, il convient de tabler sur un taux de 0,96 %, 1,20 % ou 1,40 % sur 15 ans.

Il faut toutefois retenir que la durée de détention recommandée d’une part de SCPI est de 9 ans. Ainsi, l’associé pourra vendre ses parts plus facilement sur le marché. Par contre, la revente des parts de SCPI à capital fixe est plus compliquée. En effet, la valeur d’une part sera déterminée par l’offre et la demande lors de la cession d’une part.

Comment convaincre sa banque d’adhérer à son projet d’investissement ?

convaincre sa banque - image

Il est vrai qu’investir dans des SCPI à crédit reste la meilleure solution d’investissement qui existe. Bien entendu, le souscripteur n’a pas besoin d’utiliser un prêt immobilier pour acheter des parts de SCPI (à capital fixe ou à capital variable) s’il dispose d’une épargne suffisante (contrat d’assurance-vie par exemple).

Sinon, le futur associé doit remplir quelques conditions pour bénéficier de l’effet de levier du crédit. Si le taux d’endettement du contribuable excède les 33 % de ses revenus, son banquier serait dans l’obligation de rejeter sa demande.

Dans ce cas, il doit trouver un mode de financement (démembrement de propriété, comptant, assurance-vie ou cash) pour souscrire des parts de SCPI. Quoi qu’il en soit, si la société appartient à l’une des filiales de l’organisme prêteur, le crédit immobilier sera accordé sans frais d’entrée.

Catégories : Immobilier